La FUP

POINT DE DEPART - OBJECTIFS

Née en février 2014, l’asbl For Urban Passion est le fruit des réflexions du Conseil de Direction de la Chambre des Urbanistes de Belgique sur nos métiers : leur évolution, leurs interactions, leur pratique…

Face au constat que ce que nous faisons touche tout le monde, nous sommes convaincus qu’il est souhaitable d’échanger plus activement sur les matières et pratiques qui transforment le territoire, c’est-à-dire notre cadre de vie, de travail, de loisirs…
Pour le grand public, nos métiers sont peu compris dans leur dimension sociétale.

Nous sommes convaincus que le fait de partager et faire connaître nos métiers permet :

  • D’enrichir nos pratiques,
  • De permettre à tous une meilleure connaissance des enjeux communs,
  • D’être plus efficace grâce à une culture de la ville et du territoire partagée,
  • D’améliorer les processus de transformation du territoire, et de ce fait d’améliorer notre cadre de vie, pour nous et les générations futures.

D’où une volonté d’ouverture et l’élargissement des débats sur le territoire à un ensemble plus large d’acteurs. Nos statuts précisent (extraits) :

« L’association a pour objet l’urbanisme et la transformation spatiale du territoire (ou « aménagement du territoire »). 

Par « urbanisme » on entend la discipline transversale constituée de l’analyse de la situation existante et prospective et de la recherche d’options et solutions transversales incluant la sociologie, l’économie, la mobilité, le patrimoine naturel et bâti, l’environnement, la composition spatiale du paysage et du bâti.

Par « transformation spatiale du territoire», on entend l’évolution physique et immatérielle de l’ensemble du territoire, qu’il s’agisse de zones urbaines, péri-urbaines, semi-urbaines, semi-rurales ou rurales.

L’association a pour buts, concernant ces matières:

  • De DEBATTRE, à savoir : l’échange et la publication de connaissances, réflexions et expériences ainsi que le débat d’idées en particulier sur les grands enjeux territoriaux ;
  • D’ADMINISTRER, à savoir : la fourniture de conseils et de services par l’intermédiaire, notamment, de formations, d’ avis réactifs ou pro-actifs, de manifestes, d’ analyses , la rédaction et la sélection des appels d’offres, l’abonnement à prix réduit à des revues;
  • D’AGIR, à savoir : l’organisation d’actions et d’événements dont des conférences de presse, des colloques, des expositions, des débats contradictoires, des publications, des manifestations de soutien ou de contestation… »

 

CONTEXTE

Le territoire est le socle commun des activités humaines (cela nous conditionne – le territoire et le paysage sont des produits culturels), il n’est pas la chasse gardée de techniciens ou de politiques.
Il s’agit d’une approche complexe (qu’on ne maîtrise pas entièrement), intrinsèquement pluridisciplinaire (il touche plusieurs domaines) et multiscalaire (il touche plusieurs échelles), qui s’inscrit dans le temps long (ce qui est pensé évolue et prend du temps à se concrétiser spatialement).

La manière dont notre métier se pratique est en réelle mutation et doit se redéfinir.

Pour citer quelques mutations profondes qui ont des conséquences spatiales

  • La mobilité : nos déplacements s’intensifient, se complexifient mais aussi se transforment à l’aire du numérique ;
  • L’énergie : est objet de crise, de préoccupation, pour nos économies actuelles mais également à moyen terme à cause des conséquences sur le climat ;
  • La démographie : qui impacte fortement nos sociétés et ses équilibres, ses besoins…
  • L’économie : que l’on a bien sentie bouleverser nos sociétés ces dernières années
  • La révolution numérique, qui modifie notre rapport à la matérialité, à la spatialité et aux ressources…